Forum de la guilde RoyalChevalier sur Last Chaos
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rencontre

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La rencontre   Sam 1 Mai - 18:58


Me voici à Dratan, le pays du désert, Majar en est sa capitale.

Cette dernière a de magnifiques architectures, ainsi que d' immense statue de pierre formant un cercle sur la place de ville. Le sol est habillé d'un pentagramme noir et rouge, cette mosaïque nous indique subtilement la route à prendre.

En voyant cette ville pour la première fois, je me suis dit qu'elle devait regorgée d'endroit merveilleux.

Cette idée progressa, puis me submergea et me poussa a partir à l’ aventure.

Je marche dans une fin d'après midi de dimanche, vers le sud du pays, en compagnie de mon jeune cheval blanc. Le soleil commence à décliner et le long des dunes de sables les ombres se profilent a l'horizon.

J'avais, au début de mon voyage, croisé divers créatures qui peuplaient ces terres arides, mais elles ne m 'avaient qu'effleurer. J'avais encore le souvenir, omniprésent, des plumes écarlates des reines harpies virevoltantes devant mes yeux émeraude. Le jappement des renards sables retentaient par brides, ce son si caractéristique que mes oreilles effilées pouvaient discerner à un kilomètre.;

La marche continue progressive est devenant prenante ; au détour d'un dune, l'horizon se précise.

Une immense carrière de pierre, au doux nom de mine « Mudika », est en vue. J' aperçois alors une immense ombre au dessus de ma tête, mon cheval s'ébroue, je le senti nerveux, mon cœur commence à palpiter, l'ombre se rapproche.

Je sent un souffle chaud autour de moi, l'ombre est un dragon couleur sang, le mien ne fit qu'un tour. Il faut être discret, la peur au ventre, je me faufile derrière une dune, restant le plus loin du périmètre de ces monstres ; surement très friand de mon compagnon. Je traverse en catimini le territoire de ses seigneurs volants, et pensa à mon dragon qui une fois adulte pourra leur faire front.

J'arrive à cette zone d'exploitation, en un seul morceau. L'entrée est sobre pourvue d'un couloir ouvert dans la roche soutenue par une série de poteaux en bois cylindrique, un courant d'air me fait frissonner, l'odeur des pierres fraîchement taillées charrie une atmosphère pesante. La carrière est immense, des gisements s'amoncelaient de-ci, de-là. De plus elle possède différent niveaux. Les hommes et le temps avaient exploités et creusés cette mine depuis des générations la topographie du site le démontre. Je profite de l'occasion pour faire mes diverses récoltes. Une fois cette tâche terminée je prie la direction de la sortie.

Les dragons toujours présent, tournoient près de l'entrée comme si ils montaient la garde, ou peut être que cette mine a été construite sur leur territoire.

Je continue ma route en rusant une nouvelle fois, une fois hors de leur portée, je gravis une petite plate-forme de granit rouge, qui surplombe une immense étendue désertique, pourvue de quelques arbres morts et de touffes d'herbes séchées.

Un son caractéristique se rapproche de moi, avec une cadence régulière est familière. Mon cheval vient vers moi l'air content, un de ses semblables approche à grand pas. Nous voyons au loin une silhouette se dessiner en contre bas, le soleil couchant a des reflets rouge feu sur l'armure du cavalier.

L'homme arrive, il arbore un magnifie bouclier, sculpté d'une tête de tigre, son épée émet une lumière bleue, ce qui rend l'homme plus impressionnant.

L'homme très poli me fait un signe de tête, et descend de cheval. C' est un chevalier de belle envergure et avec l 'âme d'un voyageur. Nous discutons, il m'appris qu'il était le chef d'une jeune guilde récemment implantée à Randol.

Il me propose de m 'accompagner dans mon dangereux périple. J' acquiesce, un compagnon de route ne me fera que du bien dans ces terres inhospitalières.

Nous commençons notre voyage ensemble en direction de la pyramide, le paysage désertique se dessine à perte de vue, un épais brouillard recouvre la plaine en contre bas, il bouge comme si ils était vivant, les poils de mon dos se hérissent, un danger approche, et nous allons droit sur lui, tous mes sens d'elfes en éveil, j' avance précautionneusement, en nous rapprochant, nous voyons qu'il est bien réel et vivant, et il se rapproche dangereusement de nous, prenant mes jambes a mon cou, je traverse l' étendue toxique, mon compagnon sur les talons, une percée se profile, l' air irrespirable dans cette plaine devient de plus en plus oppressant, vite un endroit où s'abriter. Le brouillard me touche, je suis presque morte, il faut que je me guérisse, c'est fait mon compagnon est aussi dans un sale état, il prend un potion est son énergie commence a revenir.

C' était juste, pour cette fois, il faut être plus prudent, nous ne sommes pas les bien venu, nous pouvons le sentir. Sur cette entre-fait nous nous éloignons d'un pas vif de ces nappes brumeuses.

Nous rions de bon cœur, la joie d'être en vie, nous rapproche mon compagnon et moi. Les discutions s'enchaînent et le temps semble s'être arrêter, nous sommes deux âmes isolés qui rient sur la route menant à une mort certaine.

La route, commence à se rétrécir, une gorge dans la montagne commence à se dessiner tout autour de nous, mêlant sable rouge et granit. Cette dernière ressemble a une bouche géante prêt a nous croquer.

Un sentiment de vulnérabilité m'envahit, des créatures étranges vivent ici, selon la rumeur. On racontait toutes sortes d'histoire sur des monstres vivant en communauté et ayant de sombre pouvoir : des bêtes affreuses pourvue d'œil pouvant nous transpercer d'un seul coup et de poings gigantesque pouvant nous tuer net.

Les ombres du crépuscules s'étirent le long de ces mâchoires de pierres, une atmosphère étouffante vient s'insinuer autour de nous, le bruit de nos pas et des sabots résonnent dans ce silence surnaturel, une ombre bouge au loin, mon sang se glace.

Nous avançons a pas de velours, les chevaux ont senti le danger et se collent à nous, nous regardant l'air inquiet. Je déglutis, mais ma bouche est aussi sèche que le sol que nous foulons. Mon chevalier servant était au aguets, sa main sur son épée, près à dégainer, la route semble ne pas vouloir s'arrêter, des bloc de monolithe rouge sont disposer le long de la route, l'aspect topographique fait penser à une délimitation , tel une place de garde frontière ; nous rentrons alors, chez des créatures géantes, à l'aspect inconnue et au pouvoir immenses.

Une silhouette se dessine sur le flan de la falaise, plus foncé, tel un bloc de granit vivant. Nous marchons tremblant de peur et regardant une colline bougée un peu plus loin au centre du canyon,. Le premier monstre, est en faite un golem surpuissant, sans doute la première colonie venu à Dartan. La colline au loin bouge toujours et se fait plus précise, c'est sa colonie et le golem près de nous est un veilleur, il faut les éviter le plus possible, en un coup je pouvais passer de vie à trépas, mon compagnon de route fait appel à son pouvoir afin de m'offrir une protection, je fis de même avec un bouclier de mana, il me remercie et me demande de le suivre, il a élaboré une route qui nous permet d'arriver en un seul morceau de l'autre côté du territoire de ces Golems, mais cette route passe en plein milieu de leur territoire,en l'occurrence leur zone de chasse, je pris une potion de vitesse, pour éviter les coups éventuel. Nous renvoyons nos chevaux, cela deviens trop dangereux pour eux. Une fois qu'ils furent téléportés en ville, nous commençons à traversée cette zone ennemie. Je prend mes jambes à mon cou suivant de près mon ami, les golems ébènes commencent à s'énerver, la tension est palpable. Ils ne nous feront pas de cadeaux c'est certain. Je cours a travers ces montagnes vivants, évitant les coups de poing, je zigzag entre ces colosses, la sortie n'est pas tout près pourtant nous pouvons le faire c'est sur . Les colosses s'attaquent a nous, mais tel des insectes évitant une tapette, nous nous déplaçons en évitant les coups ; un dernier virage à droite, la sortie apparaît enfin sous nos yeux anxieux.

La sortie du territoire de ces créatures gigantesque se rapproche tel une ouverture dans la roche dur, qui s'ouvre sur une étendue plus luxuriante et verdoyante.

Des champs se distinguent sur cette route qui mène au fin fond du pays de Dartan, un sentiment malsain s'insinue en moi, comme si quelqu'un nous épiée. Nous sommes dans un endroit magnifique, avec divers types de végétaux, mais jai un mauvais pressentiment, comment se faisait il qu'il y avait des champs paraissant fraîchement récoltés.

Cette endroit paraît habité, et j'allais pas tardé à à découvrir la vérité, des maisons sont alignés le long de champs au loin je distingue la silhouette d'un Homme, ils portent des vêtements étranges, nous nous rapprochons prudent, la silhouette se précise. Elle porte une arme effilée, un muret commence a se dressé sur notre droite, près d'un vieux chêne, mon ami monte dessus et décide de continué la route par se passage, je le suis. La peur au ventre on avance sans un bruit, les hommes de ce villages sont tous armés, ils nous ressemblent beaucoup, mais ont quelque chose d'agressif dans leur démarche et leur position.

Cette petite ville peut commode, avait des bâtiment laissé a l'abandon, des arbres avaient envahit l'arrière du village, on peut apercevoir des ombres bougeaient entre les troncs tels des fantômes. La forêt s'étend bien plus loin au sud du village, avec un poste d'après garde et quelque veilleur , leur vigilance étant accrue nous passons en vitesse leur poste en zigzaguant entre les quatre gardes, le seul chemin possible pour arriver à la pyramide. Un coup est tombé sur mon équipier je le guéris il a eut chaud, son armure garde la trace de la lame de ce villageois tueur de voyageur.

La route commence à descendre en pente douce vers le fond d'un ravin presque sphérique, une palissade passée, nous pouvons voir, la destination finale de ce voyage, la pyramide.

Majestueuse dans son lit de granit, elle trône au milieu d'une place forte, une végétation joliment disposée agrémente le tour de la citadelle. Les portes extérieurs sont en forment d'anneau, tel une porte des étoiles. Leurs pourtours sont couleur or et on peut encore distinguer certaines écritures. Ce lieu de culte a dût être construit jadis, par les ancêtre des hommes du village voisin, et peut être sommes nous leur descendant...

Nous faisons le tour du périmètre cherchant un éventuel gardiens ou guide, personne, l'endroit est désert. Nous rentrons à l'intérieure de la pyramide, la décoration est sobre, une sorte de tableau sculpté est posé au fond de la pyramide, comme pour délimiter un endroit, sous cette sculpture une grande ouverture, avec un escalier menant au entraille de la pyramide, je descends, soudain je suis bloqué, un champs magique m'empêcher d'avancer plus loin, serait-je trop faible ?

Mon compagnon essaye également de descendre mais il est bloqué lui aussi. Nous remontons les escaliers, et je m'approcha de la sortie. D'ici l'intérieur de la pyramide a un air surnaturel avec ses lampes violettes dansant sur les murs, tels des boules de feu magique prient dans des mains d'acier .

Un ciel rouge orangées surplombe la pyramide, ce qui l'a rend encore plus mystérieuse et envoutant . Nous décidons de monter sur le toit du monument. Une fois la ribambelle de marches passées, nous sommes sur le toit, il y a quatre statuts en son centre elles gardent un monolithe violet incrusté dans la roche du toit. Le paysage est extraordinaire des rayons or filtrent à travers les nuages, le sentiment d'être maître de mon destin se love dans ma poitrine. Je suis en compagnie d'un preux chevalier sur le toit le plus haut du pays et un sentiment de béatitude m'envahit, le voyage est fini, mon chevalier est devenu mon chef, ainsi que mon ami. Et les périples continuent....

Revenir en haut Aller en bas
 
La rencontre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RoyalChevalier :: LE REPOS DU GUERRIER :: Le journal de RC-
Sauter vers: